Zoom sur les shampoings : quel impact sur notre peau, nos cheveux ?

Second d'une mini-série, cet article se concentrera sur l'effet des shampoings industriels sur notre peau et nos cheveux. Il fait suite au premier volet sur l'impact environnemental des shampoings.

En un an, les Suisses dépensent environ 80 millions de francs en shampoings. [1] Mais sont-ils réellement efficaces, bons pour nos cheveux et notre peau ?

Les shampoings tiennent-ils les promesses des publicités ?

Première chose à savoir, les cheveux sont en fait une structure "morte", c'est-à-dire qu'on ne peut pas la réparer. Christine Lafforgue, dermo-pharmacologue et maître de conférences à l’Université de Paris-Sud, explique : « La seule chose qu’un shampoing puisse faire, c’est de gainer le cheveu. Il ajoute donc une couche pour obtenir un aspect brillant et un toucher lisse. Ces produits vont apporter des protéines – souvent d’origine animale provenant notamment de la laine – et des tensioactifs, qui vont permettre aux protéines de s’accrocher au cheveu. » [2] Finalement, les shampoings agissent donc uniquement en surface, comme un film qui entoure le cheveu ou comme un maquillage superficiel.

D'autre part, le dermatologue Daniel Perrenoud a comparé le pouvoir irritant de shampoings et de produits-vaisselle pour peau sensible. « Les résultats étaient extrêmement étonnants, puisque nous avons trouvé qu'un shampoing vendu en pharmacie, dit extra doux, se montrait nettement plus irritant que le plus irritant des produits à vaisselle que nous avions choisis pour nos tests ! », explique-t-il. [1] De quoi s'inquiéter, donc, de la composition des shampoings et de leurs effets sur nous.

Quels ingrédients faut-il éviter dans les shampoings, et pourquoi ?

1. Les dérivés synthétiques de musc

    Utilisés comme parfums dans les produits cosmétiques, ces composés polycycliques soulèvent plusieurs questions : « Ce que l'on sait, c'est que ces substances ont tendance à s'accumuler dans l'organisme. On pense qu'elles pénètrent à travers la peau quand elles sont appliquées comme parfum ou comme shampoing, et s'accumulent dans l'organisme et dans les graisses. Simplement, on n'aime pas les substances qui s'accumulent, parce qu'elles restent là et parce que, si elles ont un effet toxique (qu'en l'occurrence on ne connaît pas), cet effet n'en sera que plus nocif. C'est une question de principe : il faut utiliser aussi peu que possible les substances qui s'accumulent dans l'organisme », explique Jacques Diezi, professeur de toxicologie à l'Université de Lausanne. [1]

    2. Le formaldéhyde

    Il s'agit d'un agent de conservation à base de formol, qui évite l'apparition de champignons et autres organismes indésirables dans le shampoing. S'il y en a moins de 0,05 %, il n'est pas obligatoire de le signaler sur l'emballage. [1] « Le formaldéhyde est une substance présente extrêmement largement dans tout notre environnement ménager, industriel et cosmétique. Il est donc difficile d'éviter le formaldéhyde, d'autant plus qu'on en a dans notre corps. Mais à concentration élevée, il peut être toxique, irritant ou allergisant », relève le dermatologue Daniel Perrenoud. [1]

    3. Les substances organiques halogénées

    Ces différentes substances qui contiennent du chlore, du brome ou de l'iode sont utilisées, comme le formaldéhyde, comme agents de conservation. Le problème, c'est que ces substances sont allergènes et, en plus, difficilement biodégradables. [1]

    4. Les sulfates (sodium lauryl sulfate ou ammonium lauryl sulfate)

      C'est la substance qui permet de produire la mousse des shampoings pour donner l'impression que le produit est efficace. « Le SLS a des propriétés très détergentes, il peut être irritant et allergisant. C’est-à-dire qu’il dessèche la peau et la rend plus sensible », détaille André Picot, ancien toxicochimiste au CNRS et président de l’Association toxicologie-chimie. Les sulfates, qui sont aussi présents dans le liquide vaisselle et les détergents, sont en effet réputés pour agresser le cuir chevelu. [4] « Si on en met tous les jours, ça dégraisse les cheveux, ça les déshydrate et ça les fragilise », poursuit André Picot. [3] Les produits contenant des sulfates peuvent aller jusqu'à provoquer des réactions cutanées, que ce soient des simples irritation jusqu'à de véritables poussées d’eczéma. [4]

      5. Les silicones

      Ils se reconnaissent grâce à leur terminaison en « icone », « iconol » et « siloxane ». [3] La plupart des shampoings et après-shampoings en contiennent. Dérivé du pétrole, ce composé facilite le coiffage et est vanté pour sa protection contre l'humidité. Pourtant sur le long terme, il empêche aux cheveux de respirer, les rend plus ternes et les assèchent, ce qui stimule la sécrétion de sébum et accélère l'apparition de cheveux gras. [4] Il existe désormais des produits de substitution, mais tous ne sont pas meilleurs ! Les ammoniums quaternaires, notamment, s’accumulent sur les cheveux et peuvent les alourdir au fil des usages. [3]

      6. Les parabènes

      Issus de la pétrochimie, les parabènes sont utilisés comme conservateurs, mais sont allergisants et irritants. [4] Ils favorisent l’apparition de certains cancers, notamment le cancer du sein. Pour le retrouver sur les étiquettes, il faut être attentif aux différentes appellations qu'il peut prendre, par exemple les benzylparaben, calcium paraben, ethylparaben ou encore isopropylparaben. [4]

      7. Les perturbateurs endocriniens

      Ces molécules dérèglent l’organisme de diverses façons, en affectant le système immunitaire, la fertilité ou encore le comportement. [3] Pour ne citer qu’un exemple, le méthylisothiazolinone, abrégé en MIT, est désormais interdit dans les produits sans rinçage, mais cela n’empêche pas aux shampoings d’en contenir...

      Heureusement ! les shampoings liquides naturels et les shampoings solides se démocratisent de plus en plus et offrent désormais une alternative aux shampoings industriels.

      Sources et lecture :

      [1] https://pages.rts.ch/emissions/abe/sante-cosmetique/1371436-test-shampoings-ca-fait-mal-aux-cheveux.html

      [2] https://www.frc.ch/shampoing-reparateur-allegations-tirees-par-les-cheveux/

      [3] https://reporterre.net/Dans-votre-shampoing-des-produits-pas-tres-propres

      [4] https://www.creapharma.ch/quels-sont-les-dangers-des-shampoings-chimiques.htm

      1 commentaire

      Article très intéressant, merci !

      Adèle 15 juillet 2020

      Ecrire un commentaire

      Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés